Quand l’impression 3D améliore la fabrication des équipements médicaux et sauve des vies

impression 3d

Maladie respiratoire, la trachéomalacie touche 1 nouveau-né sur 2000 dans le monde, à différents degrés. Jusqu’à récemment, aucune solution ne permettait de traiter sa forme terminale. 3 petits individus souvent de cette forme sévère ont pourtant miraculeusement échappé à la mort. Comment ? Grâce à une imprimante 3D.

Une attelle créée à partir d’une imprimante 3D soigne les malades de la trachéomalacie

Souvent, les enfants atteints de trachéomalacie, notamment en phase terminale, détiennent peu de chances de survie. Néanmoins, les miracles existent et 3 enfants en sont témoins. Des enfants qui manifestaient justement tous les signes de la forme sévère de cette malformation respiratoire. Celle-ci se caractérise en fait généralement par une fragilisation des anneaux de cartilage composant la trachée, générant des complications au niveau de la respiration. La solution ainsi trouvée pour guérir de cette malformation est une attelle, conçue à partir des images d’une imprimante 3D. Des images de haute précision, détaillant visiblement les trachées et bronches des petits patients concernés et ayant ainsi permis une réalisation sur-mesure de l’appareil salvateur. Sa fonction ? Semblable à un tube à placer au niveau du système respiratoire, ce dernier favorise le développement de la trachée et des bronches, ainsi que la production de cartilage fortifiant alors la trachée. Cette attelle a aussi la particularité d’être souple et extensible et de se dissoudre avec le temps : elle est rejetée naturellement ensuite par votre corps.

L’imprimante 3D, nouvel allié des médecins 

Ainsi, grâce à une attelle créée à partir d’images scannées par une imprimante à 3 dimensions, les professeurs tels que Scott Hollister, spécialisé dans l’ingénierie biomédicale, ont foi en un meilleur avenir pour les petites patients souffrant de trachéomalacie. Ces premiers enfants à avoir expérimenté le traitement à l’aide de cette prothèse sur mesure sont bel et bien sains et saufs : aucune complication n’est apparue après leur opération. Leur traitement s’étant également poursuivi sans sédatifs. Toutefois, si l’impression de l’image de la trachée est des bronches s’avère alors optimale, celle du cœur par exemple reste encore compliquée.

Laisser un commentaire